Language

Pour les mélomanes

Un peu de musique hors du Temps
la route...

vendredi 3 février 2017

La liberté

Quand il est question de liberté, on évoque souvent le libre arbitre. Ce libre arbitre donne à celui qui en jouit l'impression d'être maître de son destin. Quel est le mécanisme ? Face à une situation, plusieurs choix sont possibles, notre mental réfléchit, envisage les conséquences de chaque choix, et opte pour la solution qu'il préfère. Mais comment savoir si le choix est bon, puisqu'une seule solution a été adoptée ? Pour pouvoir réellement juger de la pertinence de la solution, il faudrait pouvoir mettre en oeuvre toutes les solutions, et seulement ensuite conclure. Comme nous ne pouvons pas le faire, nous nous basons sur la pré-étude de notre mental, sur le libre-arbitre. J'ai très longtemps fonctionné comme cela, sans que cela ne me satisfasse pour
autant. En fait, j'étais fier de mes choix, j'étais donc fier de moi, et ne voulais surtout pas revenir en arrière. Mais, j'étais frustré, car les faits ne comblaient que rarement les attentes de mon mental.
Un beau jour, suite à la lecture de Lao Tseu, je me suis mis à pratiquer le Non-Désir. J'ai commencé par lâcher prise de mes désirs. Je me rappelle très bien de ma première expérience : ma fille avait perdu son manteau et commençait à s'énerver... Je me suis mis à chercher son manteau, mais sans désir, ce n'est pas évident, et me voilà montant et descendant les escaliers... sans succès. Au final j'ai lâcher-prise, tout compte fait, peu importe que je trouve ou non ce satané manteau ! Et là, incroyable j'avais le manteau sous les yeux !
Si j'avais pratiqué le libre arbitre, j'aurais commencé par questionner ma fille, puis imaginé les endroits où aurait pu  se trouver le manteau, et je serais peut-être encore en train de chercher à cette heure ! Quand on cherche sans désir, c'est très différent, on part à gauche, à droite, ou tout droit, à l'instinct, et on se met ainsi à fouiller la maison de fond en comble, c'est très efficace, même si objectivement, on ne sait pas où l'on va.
Alors, qu'est-ce qui me permet de dire que le Non-Désir est supérieur aux autres méthode ?
Ce sont les clins d’œil de la vie. Par exemple un jour je me rendais à mon travail, sans désir, mon instinct me fit prendre à droite alors que mon trajet habituel était tout droit. Ma voiture s'engage donc sur le chemin d'un petit parc fort agréable. Je me dis, tiens c'est l'occasion de faire un peu de Qi Gong (ici on voit comment le désir est sournois...)
Mais non, avant le petit parc, je croise un automobiliste en panne, capot ouvert. Je lui demande si je peux l'aider, il me demande si j'ai des câbles, je réponds par l'affirmative et en deux temps trois mouvements on démarre sa voiture... Et l'homme de me remercier à n'en plus finir, il va pouvoir être à l'heure à son rendez-vous ... Voilà donc comment se manifeste le Tao, ses ficelles jouent à un autre niveau que notre pauvre mental. Son jeu est celui de l'absolu, et nous ne sommes que
peu de chose. Se fier à l'instinct, c'est se mettre entre les mains du Tao, et lui faire une confiance
aveugle pour qu'il nous offre le meilleur. Et la récompense est ce que j'appelle les clins d’œil de la vie... Sans désir, les choix que l'on fait n'en sont pas vraiment, puisque jusqu'au dernier moment, on ne sait pas quelle option on va prendre, c'est l'inverse du libre arbitre, mais le chemin suivi nous fait de nombreux clins d’œil au fil de la voie (du Tao) qui nous confirme que les Non Choix ont été les bons et font grandir en nous la confiance dans le Tao. 
Ainsi la Non Liberté (qui n'est autre qu'un asservissement total au Tao) est le chemin qui procure le plus de joie.  C'est le pinacle de la liberté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog