Language

mercredi 15 mai 2030

Editorial

Bonjour à toutes et à tous,

Il est un chemin tellement évident que si peu de gens l'empruntent.
Ce blog est construit le long de cette route, la voie large qui suit l'Univers, en toute simplicité.
Il y a 2500 ans, un homme nommé Lao Tseu a donné un nom au principe de cette voie : le Tao.

Que vous soyez depuis peu sur cette voie ou fidèle depuis toujours, n'hésitez pas à faire part de vos expériences.

Bon Tao à toutes et à tous,

Oliver

Avec plus de 100 articles sur le Tao, les grandes lignes ont été dressées. Aussi, si un sujet particulier motive votre visite, n'oubliez pas la recherche par mots clefs ci-dessus. Les articles fondateurs sont plutôt en fin de liste.
                                                                                      http://www.myannuaire.com 

Lectures


Avant toute chose, signalons à ceux qui passeraient par ce blog pour se renseigner sur le Taoïsme, les lectures incontournables des pères du Taoïsme Chinois.
Le Tao Te King de Lao Tseu taoteking en ligne
L’œuvre de Tchouang Tseu
Le grand classique du vide parfait de Lie Tseu
Les trois oeuvres réunies

Pas plus de commentaire, je ne veux influencer d'aucune manière.

Bonne lecture,

Oliver

vendredi 12 juillet 2019

Le régime Taoïste



En chine, le Tao de la médecine s'est développé de manière spectaculaire. Au point que pour chaque maladie, pour chaque symptôme, une plante ou un régime est prescrit. C'est que les secrets de longue vie, voir d'immortalité ont de tous temps passionné les Taoïstes. Mais la médecine est là pour rétablir un équilibre perdu, et le propos du Taoïste est de ne jamais rompre cet équilibre. Et  pour garder l'équilibre, il s'agit de ne jamais rompre l'harmonie entre le contexte du moment présent et son moi intérieur. 
Alors quels sont les secrets des Taoïstes  pour parvenir à une telle harmonie à un tel équilibre ? Eh bien la médecine n'intervient qu'en dernier recours. Car qui mieux que l'individu lui-même, connait mieux le mal dont il souffre ? Aussi c'est l'intuition de chacun qui guidera au mieux chaque individu dans ses choix culinaires et de la sorte rétablira l'équilibre. 
Le menu du Taoïste, c'est l'intuition, l'instinct du Taoïste lui-même qui le propose. Et il en va de même des quantités de chaque ingrédient. Certes, certains individus abusent et deviennent accrocs de certaines denrées comme le sel ou le sucre, et il semble qu'ils ne peuvent plus s'en passer, et on pourrait croire que leur intuition les pousse à en manger encore et encore. Mais le Tao est de nature à rompre cette addiction, car il tends toujours vers l'équilibre, jamais vers le déséquilibre. Aussi si la personne addicte interroge son fort intérieur elle saura immédiatement qu'elle commet un excès. C'est ce fort intérieur que le Tao incite à consulter. La méditation a de tout temps fait parti de l'arsenal Taoïste pour parfaire notre équilibre et notre santé.  
Pour les personnes ne commettant pas d'excès, des conseils d'harmonie ont été développés en fonction des saisons, ainsi de savants mélanges d'ingrédients de toutes sortes et pour chaque saison ont été de tous temps concoctés par les Taoïstes.  Et il faut reconnaître que ce sont de savants mélanges de Yin et de Yang qui nous sont proposés. Par exemple à l'approche de l'hiver (Yin) il sera conseillé de manger des ingrédients Yang pour se préparer à bien traverser la saison hivernale. Mais, comme toujours avec le Tao, et donc avec une majorité de Chinois, ce sont les aliments de saison qu'il conviendra de privilégier.  Et votre instinct sera le meilleur guide. 
Il existe des règles concernant les saveurs comme :
saveur amère : cœur estomac intestin grêle.
saveur acide : foie, yeux, muscles tendons.
saveur douce : rate, estomac.
saveur salée : reins.
saveur piquante : gros intestin.
La encore, il s'agit d'équilibrer les saveurs pour équilibrer le fonctionnement de tous nos organes. Et quoi de mieux que l'harmonie du Tao pour parvenir à cet équilibre ?

samedi 6 juillet 2019

Hygiène de vie



Suivre le Tao, c'est vivre au cœur de la nature, c'est s'harmoniser avec la nature. Aussi, si on en a la possibilité, on peut partir faire de longues promenades en forêt ou flâner en bord de plage ou encore franchir un col de haute montagne. Passé un temps, on est presque obligé de faire le vide dans ses pensées et ainsi de laisser le Tao à l'oeuvre. Aussi, pratiquer un sport doux est propice à l'accomplissement du Tao en nous-même. 
Mais cela n'est pas toujours faisable. Le Taoïste urbain trouvera difficilement une forêt, une montagne ou la plage pour y pratiquer son sport quotidien. Pourtant, s'il écoute bien le Tao, ce dernier ne l'incitera pas à rester sagement assis dans son fauteuil. Au contraire, il l'incitera à faire un tour à vélo, ou à faire une promenade à partir de son bureau, et ce, à même la ville. Car le Tao est toujours de bon conseil pour vous garder en forme. Au
cours de la promenade, il convient de rester à l'écoute du Tao et de ne pas se laisser rattraper par le fil de ses pensées. Intuitivement, le Tao vous guidera vers de nouveaux horizons, toujours renouvelés. Il faut dire que le Tao qui vous guide dans l'instant présent (il n'existe pas en dehors du moment présent) se montre toujours sous un nouveau jour.
Ainsi, si vous vous laissez guider par votre intuition, vous ne vous lasserez jamais. De plus, le Tao vous incitera à faire votre exercice quotidien pour rester en forme. Le dynamisme que le Tao insuffle en vous intuitivement est comparable à celui des jeunes enfants. Et c'est ce dynamisme qui vous maintient en forme. 
Paradoxalement, le non-agir du Tao conduit à un dynamisme de tout les instants ! Car, si vous êtes attentifs, si vous suivez à chaque instant votre intuition, vous allez vous fondre dans votre milieux, et celui-ci, que ce soit la nature ou la ville, change en permanence. Le Taoïste peut paraître fou car il ne sait pas ou il va, ni ce qu'il fait : comme le Tao, il est sans désir.
Souvent, la nature, la ville laissent des moments de répit. Ce n'est pas pour autant que le sage s'arrête d'être à l'écoute. Au contraire, il profite de ces moments pour méditer. Et la méditation, qui se pratique en laissant filer ses pensées, participe à l'hygiène de vie du Taoïste. En effet, elle privilégie l'action du cerveau reptilien au détriment de notre cortex. Or le cerveau reptilien est celui qui régit tous les équilibres de notre corps, et aussi celui qui est responsable
de l'instinct et de l'intuition. Ainsi, en ne se laissant pas esclave de ses pensées (ou de son cortex) le Taoïste privilégie l'intuition (son cerveau reptilien) et soigne sa santé physique et mentale. 
Bien qu'il ne soit pas adepte des grandes discussions entre amis, le Taoïste se prête volontiers à la discussion, mais il le fait en veillant à ne pas rompre son équilibre avec le contexte dans lequel il se trouve. Et si c'est nécessaire, il ramène ses amis à cet équilibre. 
Le Taoïste est un peu comme un équilibriste sur un fil : le fil du Tao. Mais ce fil est large, c'est le plus facile à trouver. Il suffit pour cela de lâcher prise, de retrouver l'équilibre sans se laisser distraire par ses pensées.

vendredi 28 juin 2019

Vivre sans attache



Vivre sans biens matériels parait difficile de nos jours : nous avons tous (ou presque) une maison, une voiture, des meubles, et nous nous nourrissons tous les jours de trois repas quotidien. Pour arriver à nos fins, nous utilisons une monnaie  d'échange : l'argent. Aussi, sommes nous tous attachés à nos possessions et à l'argent que cela représente. Nous accordons de l'importance à tous nos biens, les petits comme les grands ! Qui n'a pas été contrarié de la perte d'un stylo ? 
Ainsi, nous sommes tous logés à la même enseigne face aux biens. Nous sommes tous contrariés par la perte de l'un de ceux-ci. Aussi Lao Tseu nous met-il en garde : "du gain ou de la perte, lequel est le
plus affligent ?". Nous n'aimons pas perdre, nous nous accrochons à nos biens ! 
Pourtant, il est possible de vivre sans attache. Comment ? En accordant peu ou pas du tout d'importance à nos biens, en accordant peu d'importance à l'argent. Et cela ne veut pas dire dilapider nos biens ou l'argent... Non, Lao Tseu insiste bien sur le rôle fondamental de l'économie (un homme économe peut être généreux). En fait, ce qu'il convient d'être c'est d'être détaché de ses biens et de l'argent. D'être indifférent à l'achat, la revente ou la disparition de biens. Lâcher prise de nos possessions. 
Mais il n'y a pas que les biens matériels qui nous affectent. Nous nous accrochons tout autant au
savoir. L’érudit fait souvent étalage de ses connaissances. Passant ainsi à côté de l'instant présent. Non que le Taoïste n'ait pas de connaissance, mais il les met directement en pratique et de façon souvent intuitive. Car le Taoïste est à l'écoute du Tao, en lui-même et dans son environnement. Et pour cela il ne faut pas qu'il y ait la moindre attache qui le perturbe. Son esprit doit être fluide, libre de pensées qui voile l'intuition.
Par exemple, pour trouver le chemin qui mène à la  boulangerie, nous disposons tous d'un GPS interne; le Tao. Celui-ci vous guidera intuitivement sur le chemin de la boulangerie. Mais ceci nécessite d'être détaché de tout désir y compris, celui de vouloir se rendre à la boulangerie. Je me souviens de ce jour où je me rendait au travail et ou mon intuition me dit de tourner à droite alors que "mon" chemin était tout droit. Je me dit que le Tao m'offrait une petite escapade au parc non loin de là. Mais je fus hélé par un automobiliste dont la voiture refusait de démarrer. Je fus alors ravi de pouvoir rendre service. Et l'homme put se rendre à son rendez-vous.
Ne pas s'identifier à un personnage que nous jouons est une autre forme de détachement qui, si nous n'y prenons pas garde peut nous jouer des tours. Prenons garde ainsi de ne pas jouer les petits chefs dans nos relations au travail, à ne pas jouer les espions, que sais-je encore. Petit à petit, il faut s'effacer pour n'être plus que l'image du Tao.
Le Tao représente la vaste toile interconnectée de la vie. Ainsi le Tao est omniscient. Et en l'écoutant on bénéficie de la meilleure information qui soit, la plus pertinente. Mais pour cela il faut vivre sans attache aucune, à l'exception de celle du Tao qui est vide de désir et vide d'agir.
On peut pousser le bouchon très loin en matière de vide. Car très souvent, des pensées viennent parasiter le calme magistral du sage. Mais ce n'est pas grave, il faut tenter de revenir au vide et voir la vie que ce vide nous apporte. Oh, certes, il ne s'agit pas d'une vie d’opulence ! Mais comme il est sans désir, le sage se satisfait fort bien du peu que lui offre le Tao. Du reste, le Taoïste célèbre Tchouang Tseu vivait comme un démuni, mais il était le plus heureux des hommes.
Alors évidemment il reste un type d'attachement auquel il est peut-être plus dur de renoncer, c'est l'attachement aux personnes : l'être aimé, les enfants, les proches. Mais vivre intuitivement ne vous coupe pas de l'amour, bien au contraire, seulement vivre sans attache vous aidera à surmonter plus facilement les épreuves, ainsi Tchouang Tseu fut surpris en train de chanter en battant la mesure sur des écuelles juste après le décès de son épouse. A ses amis qui s'indignaient de le voir ainsi manquer de respect pour son épouse, il répondit ceci : Avant sa naissance mon épouse n'était rien, après sa mort, elle fait retour à ce rien, pourquoi voudriez-vous que cela m'afflige ?


Rechercher dans ce blog