Language

mercredi 15 mai 2030

Editorial

Bonjour à toutes et à tous,

Il est un chemin tellement évident que si peu de gens l'empruntent.
Ce blog est construit le long de cette route, la voie large qui suit l'Univers, en toute simplicité.
Il y a 2500 ans, un homme nommé Lao Tseu a donné un nom au principe de cette voie : le Tao.

Que vous soyez depuis peu sur cette voie ou fidèle depuis toujours, n'hésitez pas à faire part de vos expériences.

Bon Tao à toutes et à tous,

Oliver

Avec plus de 100 articles sur le Tao, les grandes lignes ont été dressées. Aussi, si un sujet particulier motive votre visite, n'oubliez pas la recherche par mots clefs ci-dessus. Les articles fondateurs sont plutôt en fin de liste.
                                                                                      http://www.myannuaire.com 

Lectures


Avant toute chose, signalons à ceux qui passeraient par ce blog pour se renseigner sur le Taoïsme, les lectures incontournables des pères du Taoïsme Chinois.
Le Tao Te King de Lao Tseu taoteking en ligne
L’œuvre de Tchouang Tseu
Le grand classique du vide parfait de Lie Tseu
Les trois oeuvres réunies

Pas plus de commentaire, je ne veux influencer d'aucune manière.

Bonne lecture,

Oliver

vendredi 15 juin 2018

Rien


Quand je suis le Tao, il ne se passe rien. Quand je penses au Tao, je ne pense à rien. Quand je vois le Tao, je ne vois rien. Quand je médite sur le Tao, je médite sur rien. Et pourtant... 
Pourtant le Tao est tout. Ce que je vois par la fenêtre est le Tao. La fourmi qui court sur son chemin est le Tao. Les astres, le Soleil, la Terre sont le Tao. Que peut-il nous apporter de plus que l'évidence ? Le Tao est dans l'état dans lequel nous le voyons, le touchons, l'entendons, le goûtons et le sentons. Il est là magnifique toujours prêt à rééquilibrer ce qui ne l'est pas. 
Et dans cette tâche, je l'aide volontiers. Mais, s'il est calme, paisible, je ne fais rien. Car comme lui, je ne désire rien. Ce sont les hommes qui enlaidissent le monde, la nature, elle, est régie par le Tao, elle
a la beauté de l'équilibre. Certaines races, comme les fourmis, les castors ou les termites construisent des habitats qui défient les lois de la nature, qui défient le Tao. Tout comme les hommes, elles s'exposent à des retours de manivelles, parfois elles courent à leur perte.
Pourtant, nous sommes le Tao, dès lors quelle idée de vouloir accumuler des richesses ? Avec le Tao nous sommes riches de Tout. Nous ne voyons rien, mais il est tout ! Aussi, prendre soin de nous, c'est prendre soin du Tao. Mais tout ce qui nous entoure, les personnes comme les objets, sont aussi le Tao. Aussi, devons nous prendre soin d'autrui et de l'environnement.
Au lieu de cela, les hommes se sentent seuls et ont des désirs qui selon eux les combleraient. Mais ils
ne se rendent pas compte qu'ils ont déjà tout. Ils sont le Tao dans le Tao. Que peut on désirer de plus ? Ils sont des bras du Tao, de vrais représentants. Alors pourquoi vouloir une belle voiture, une grande maison, une belle famille, du pouvoir ? Car en plus, le désir est ainsi fait qu'on en veut toujours plus ! C'est cette maladie, celle du désir, qui gangrène notre société. Et les animaux, lorsqu'ils sont eux aussi mus par le désir ne valent pas mieux que nous. 
Le chat qui convoite le poisson se mouille la patte, c'est inévitable. L'homme qui désire pollue son cerveau. Ceci a souvent pour conséquence de polluer le corps et génère des maladies. Quand on
prend conscience de cette vérité simple, le monde change, ou plutôt notre perception du monde change. C'est ce que le Zen nome le satori. On vit alors dans une parfaite non-dualité, on n'est plus séparé du monde, ni seul sur Terre, mais relié au tout par les liens du Tao. C'est l'extase qui vient parce qu'on s"est libéré pour un temps du désir. Mais, même si on ne replonge pas dans nos travers, l'extase ne dure qu'un temps car le Tao est simple, naturel. Sa perception n'a rien d'extraordinaire, elle devrait être le lot de la majorité. Mais nous savons bien que c'est l'inverse qui se produit car la majorité des hommes est gouvernée par l'Ego, et l'Ego, ce n'est RIEN assurément.

vendredi 8 juin 2018

Ambition


"On ne doit pas se laisser gonfler par l'ambition. Il faut éviter les erreurs du cœur, laisser la vertu se manifester et ne pas entraver la voie. Les dignités et les richesses; l'éminence et l'autorité, le renom et l'intérêt, ces six désirs gonflent l'ambition de l'homme. Le maintien et l'action, la physionomie ou le raisonnement, le ton et le jugement enchaînent le cœur de l'homme. La haine et le désir, la joie et la colère, la tristesse et le plaisir, ces six passions entravent la vertu. Le fait d'accepter et celui de refuser, celui de prendre et celui de donner, l'intelligence et la capacité, ces six aspirations bouchent l'accès à la voie. Qui n'est pas mû par ces vingt-quatre passions humaines se maintiendra en parfait équilibre; son âme sera sereine, clairvoyante et humble. Il n'agit pas, mais tout se fait par lui.
Le Tao, c'est ce que vénère la vertu humaine. La vie de l'homme c'est le rayonnement de la vertu. La nature de l'homme c'est la substance de sa vie.La manifestation de la nature humaine s'appelle l'action; l'action qui force s'appelle la perte. Connaître c'est entrer en contact avec la réalité et la prévoir. Ainsi la connaissance humaine ne peut saisir certains aspects de la réalité, de même que les yeux qui louchent ne peuvent embrasser certains aspects d'un objet. N'agir que par nécessité extérieur s'appelle la vertu; n'agir que par exigence intérieure s'appelle l'ordre; ces deux phrases qui semblent se contredire expriment deux aspects d'une même réalité."

Tchouang-Tseu 

Cette réflexion de Tchoang-Tseu sur l'ambition humaine est à lire et à relire pour en extraire toute la substantifique moelle. L'ambition nous conduit à l'excès et nous entrave sur la voie qu'est le Tao. La vertu n'est pas synonyme d'ego ni de passions. Aussi, il faut agir par nécessité extérieur (le Tao) ou par exigence intérieure (le Tao), car le Tao se manifeste à l'extérieur comme à l'intérieur, ce sont deux aspect d'une même nature. En fait, il faut lâcher prise de toute action et voir venir le Tao à travers soi.    

samedi 2 juin 2018

Qui gouverne le mental ?


Tout à l'heure, je passais la tondeuse, et ayant terminé, je m'offrais un peu de répit sur la terrasse, je fermais les yeux, et tout de suite des images d'herbe et de tondeuse me vinrent à l'esprit, j'en vint alors rapidement à penser à l'huile de la tondeuse que je n'ai pas encore vidangée (elle a deux ans). Je me fait alors la remarque que je ne sais plus où se trouve mon bidon d'huile pour tondeuse, et vient à imaginer que j'utilise de l'huile pour voiture, aussitôt mon mental me projette une image d'épaisse mayonnaise sortant du capot de la tondeuse. Alors ma conscience me sort de ma rêverie... Rien ne dit que les choses se passent de manière aussi catastrophique 1°) tu vas sûrement retrouver ton bidon d'huile spéciale tondeuse, 2°) rien ne dit que l'huile pour voiture soit si catastrophique, renseigne toi sur internet. 
Je ne sais ce qui préside vos pensées, mais pour ma part, si je les laisse voguer, elle imaginent très vite  le pire, mon mental est ainsi fait : imaginer le pire pour préparer l'avenir. L'ennui, c'est que si on le laisse faire, cela peut très vite devenir stressant. Alors il faut apprendre à travailler avec sa
conscience. Dès que celle-ci voit ce qu'imagine le mental, elle peut le remettre à sa place, comme dans le cas de la tondeuse.
Mais qui gouverne le mental ? Celui-ci a une grande capacité d'imagination, pourvu qu'on le laisse voguer à son rythme, car, l'avez vous remarqué ? Dès qu'on cherche à lui forcer la main, il est très dur d'imaginer ce que l'on désire. Très dur, par exemple, de visualiser le visage de l'être aimé. Par contre, pour sauter du coq à l'âne, le mental est très fort. Oh, souvent, il y a un fil conducteur, une image en appelant une autre, c'est ce que l'on observe en méditation. Nos souvenirs plus ou moins récents se bousculent, et notre mental raconte une histoire qui pourrait nous concerner dans l'avenir. C'est en tous cas ce qu'il fait croire. Et l'on se laisse prendre au jeux, quelques secondes, quelques minutes voir quelques dizaines de minutes. L'art de la méditation est de redonner priorité à la conscience sur le mental. La conscience est ce qui voit le jeu du mental, et qui peut ainsi le remettre à sa place.
Rien de bien précis gouverne le mental. Celui-ci fait des associations entre les souvenirs et les fait resurgir pour envisager l'avenir, et comme je l'ai déjà dit, il envisage le pire pour être sûr que l'on soit bien prêt. Très souvent, il envisage la mort et l'on n'y prête même plus attention, tant son comportement est caricatural. 
Les idées surgissent les unes après les autres aussi remonter le fil n'est pas évident. Pourtant, je vous invite à faire l'essai: remonter le fil de vos idées. Sans doute parviendrez vous à suivre le fil sur trois ou quatre pensées, et puis l'idée de base, vous ne saurez plus très bien d'où elle vient. Pourquoi ? Parce que certaines idées, pensées, naissent de la vacuité. Et cette vacuité est une usine à pensées, loin d'être vide, elle est le lieu de l'imagination. Si quelque chose gouverne notre mental, c'est bien elle.
Autrement dit, nous sommes sujets à la vacuité qui gouverne notre mental, et disposons de notre conscience pour mettre un peu d'ordre dans nos pensées. Personnellement, j'essaie de m'en remettre à la vacuité par le biais de la conscience, plutôt qu'aux tergiversations du mental. 

Rechercher dans ce blog