Language

vendredi 9 février 2018

Impermanence ou éternité ?


Les Bouddhistes nous disent que le monde est impermanent, pour autant, Lao Tseu a atteint l'immortalité, alors que dire du Tao  ? Impermanent ou éternel ?
Il faut reconnaître que la vie, la vie terrestre, est impermanente, tout bouge, tout se transforme en permanence, même les montagnes sont sujettes à l'érosion et à la dérive des continents. L'homme n'y échappe pas, depuis la naissance jusqu'à la mort il n'a de cesse de se transformer. Mais comme le dit le vieil adage Grec (Anaxagore), "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme". Autrement dit, derrière ces apparentes transformations, un socle perdure reste éternel. Doit-on y reconnaître le Tao ? Lao Tseu nous dit que si les Dieux ont existé, le Tao les a précédé...  Effectivement, la durée de vie d'un atome de matière est très longue, pour ne pas dire infinie, seul le cœur des étoiles sont à même de les broyer en particules élémentaires et de recréer des atomes plus lourds. Et nous sommes nés de ces poussières d'étoiles très stables.
On sait que le mouvement perpétuel n'est pas de ce monde, celui qui découvrirait un tel mouvement serait riche comme Crésus ! Pourtant, l'Univers est en perpétuel mouvement, rien ne semble pouvoir arrêter le mouvement des planète et des astres, avec comme conséquence, les marrées, le cycle de l'eau sur Terre, la vie. Il faut dire qu'à l'instar des étoiles, l'Univers est son propre carburant, il se transforme sans jamais se perdre, il se métamorphose sans jamais n'avoir rien créé. Tout au plus, la matière peut se transformer en énergie, et l'énergie peut se transformer en matière.
Et l'homme dans tout cela ?
L'homme dispose d'un corps qui change, qui vieillit, qui meurt, mais il est aussi doué d'un esprit, il se
crée un moi, un ego. De ce fait, il dévie l'esprit qui lui fut donné à la naissance. Le monde tel qu'il le perçoit est extérieur à lui-même, sa personne est extérieure au monde, il y a lui et le monde, les deux sont deux entités séparées. Et là commence ce que les Bouddhistes appellent l'ignorance. De là une souffrance grandit, car l'ego veut toujours plus de richesses personnelles et n'est jamais satisfait. La seule chose qui comblerait cet ego serait de retrouver un esprit vierge, celui donné à la naissance, le Tao. Autrement dit la voie de l'ego est la voie de l'impermanence, de la souffrance, la voie du Tao, de l'esprit vierge, est la voie de l'humilité, la voie du bonheur.
Vivre l'impermanence en suivant le Tao éternel est donc un paradoxe de la vie spirituelle, c'est la voie de l'immortalité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog