Language

Pour les mélomanes

Un peu de musique hors du Temps
la route...

dimanche 29 mars 2015

Tao Te King chapitre 65



Dans l'Antiquité, ceux qui pratiquaient le Tao ne s'en servaient pas pour informer le peule ; mais pour le rendre simple de cœur. Un peuple informé est difficile à gouverner.


C'est pourquoi gouverner un Pays par l'intelligence cause sa perte ; le gouverner par la simplicité, c'est faire son bonheur.


Celui qui connait ces deux choses est le modèle de l'Empire. Cette connaissance s'appelle Vertu mystérieuse. Cette Vertu est profonde, illimitée. Aider les êtres à y retourner (comme un bodhisattva), c'est coopérer pour la grande paix universelle.

samedi 28 mars 2015

Tao Te King chapitre 64



Ce qui est calme est facile à maintenir, Ce qui n'est pas encore auguré est facile à présager. Ce qui est frêle est facile à briser. Ce qui est poussière est facile à disperser.

Arrêtez le mal avant qu'il ne vienne, mettez de l'ordre avant que n'éclate le désordre.

L'arbre qu'on enlace de plusieurs bras est né d'une racine aussi fine qu'un cheveu ; une tour de neuf étages s'est édifiée sur un tas de terre ; un voyage de mille lieues a commencé par un pas.

Qui agit échouera, qui prend perdra.

C'est pourquoi le Saint-Homme n'agit pas et il n'échoue pas. Il ne prend pas et il ne perd rien.

Lorsque l'homme ordinaire entreprend une affaire, il échoue, le plus souvent, lorsqu'il est sur le point de réussir. Soyez attentifs à la fin comme vous l'êtes au commencement.

C'est pourquoi le Saint-Homme n'a d'autre désir que d'être sans désir. Il n'apprécie pas les biens difficiles à obtenir. Il fait son étude de ne pas étudier. Il retourne là ou beaucoup de monde s'égare pour aider les dix mille êtres à être eux-mêmes, comme s'il n'osait agir.

jeudi 26 mars 2015

Tao Te King chapitre 63



Mettre en pratique le Non-Agir, c'est œuvrer dans l'inaction, savourer ce qui est sans saveur, grandir le petit, augmenter le peu, répondre aux offenses par la Vertu, estimer le difficile par le facile, considérer de grandes choses par ce qui est ténu.

Les choses les plus difficiles du Monde ont nécessairement commencées par être aisées.
Les choses les plus grandes du Monde ont nécessairement commencées par être petites.

Aussi, jusqu'à la fin, le Saint-Homme ne cherche pas à faire de grandes choses, c'est pourquoi 'il accomplit sa grandeur.

Celui qui promet à la légère tient rarement sa parole.
Celui qui trouve tout facile éprouve nécessairement de grandes difficultés.

Pour le Saint-Homme, tout est également difficile, c'est pourquoi, il achève tout sans difficulté.

lundi 23 mars 2015

Tao Te King chapitre 62



Le Tao est l'asile mystérieux des dix mille êtres, le trésor de l'homme Vertueux, mais aussi le salut du pervers.

On peut rechercher les bonnes paroles, admirer les actes généreux qui ennoblissent l'homme, mais si un homme n'est pas vertueux, pourquoi rejeter ce qui vient de ce méchant ?

Je me souviens qu'un jour on avait établi l'empereur pour gouverner avec trois ministres. Bien qu'il y avait les bijoux de jade pour le salut rituel avec les deux mains, et des quadriges de chevaux pour les cortèges solennels, tout cela ne vaut pas une bonne méditation assise et ainsi progresser dans le Tao.

Qu'est-ce qui motivait la haute estime des Anciens pour le Tao ? C'est qu'aussitôt qu'on le cherche, on le trouve en soi-même, et que, par sa vertu, il délivre su mal. c'est pourquoi il est ce qu'il y a de plus précieux au monde. 

dimanche 22 mars 2015

Tao Te King chapitre 61



Un grand pays doit être le lieu le plus bas vers quoi tout s'écoule, un centre d'union pour l'Univers, la femelle du Monde.

La femelle triomphe toujours du mâle par sa passivité. Passive, elle agit en s'abaissant.

C'est pourquoi un grand pays qui se penche vers un plus petit l'attire vers lui ; de même, le petit pays, en s'inclinant devant le grand, gagne sa protection. Ainsi, l'un accueille en s'abaissant, l'autre est accueilli en s'inclinant.

Un grand pays n'a pas de plus grand désir que de rassembler et faire vivre les peuples ; une petite nation n'a pas de plus grand désir que de s'allier aux autres pour servir son peuple.

Or, pour obtenir ce résultat, il faut que le grand pays demeure abaissé.

jeudi 19 mars 2015

Tao Te King chapitre 60



On gouverne un grand Pays comme on fait frire du petit poisson.

Si l'Empire est gouverné suivant le Tao, ses démons (de la contrariété) ne montrent pas leur force. Ce n'est pas que les démons manquent de puissance, mais ils ne nuisent pas aux hommes. Ce n'est pas que les démons ne puissent nuire aux hommes, mais c'est que le Saint-Homme lui non plus, ne nuit pas aux hommes. Ni le Saint-Homme, ni les démons ne les blessent, ni ne se blessent mutuellement.

S'il en va ainsi, n'est-ce pas parce que la Vertu les unit dans un accord mutuel ? 

mardi 17 mars 2015

Tao Te King chapitre 59



Pour gouverner les hommes et servir le Ciel, rien ne vaut la modération.

La modération doit être le premier soin de l'homme ; quand elle est devenue son premier soin, on peut dire que la Vertu augmente sans cesse en lui. Par cet accroissement continu de la Vertu, il n'est rien dont il ne soit capable. Lorsqu'il n'y a rien dont il ne soit capable, on ne peut connaître ses limites. Lorsqu'il est impossible de connaître ses limites, il peut posséder l'Univers.
Qui possède la Mère de l'Univers dure sans fin. C'est la racine profonde, le tronc inébranlable, la voie de la longue vie, de la connaissance et de l'immortalité. 

lundi 16 mars 2015

Tao Te King chapitre 58



Lorsque le gouvernement est simple et indulgent, le peuple est riche et généreux ; lorsque le gouvernement est formaliste et tracassier, le peuple est besogneux et mesquin.

Le bonheur repose sur le malheur, car le malheur couve sous le bonheur. Qui peut dire quelle sera leur durée respective ?

Si le gouvernement est sans droiture, la droiture devient erreur, et le bien devient perversité. Les hommes sont plongés dans l'erreur et cela dure depuis fort longtemps.

C'est pourquoi le Saint-Homme prescrit sans blesser, ordonne sans vexer, rectifie sans contraindre, éclaire sans éblouir.

samedi 14 mars 2015

Tao Te King chapitre 57



Avec la droiture on gouverne un royaume, avec la ruse on fait la guerre ; mais l'Empire, on ne le gagne qu'avec le Non-Agir. Comment sais-je qu'il en est ainsi de l'Empire ? Par ceci :
Plus il y a de lois et de prohibitions dans l'Empire, plus le peuple s'appauvrit ; plus le peuple a de moyen de s'enrichir, plus la vie familiale se trouble dans la nation; plus le peuple est habile et ingénieux, plus on voit surgir des
inventions inutiles ; plus le flot des règlements et des lois monte, plus il y a de malfaiteurs et de bandits.


C'est pourquoi le Saint-Homme a coutume de dire :"Je pratique le Non-Agir et le peuple se transforme de lui-même, j'observe le calme pur et le peuple se rectifie de lui-même, je n'agis pas par profit et le peuple s'enrichit de lui-même, je suis sans désirs et le peuple revient à la simplicité primitive."

vendredi 13 mars 2015

Tao Te King chapitre 56



Celui qui sait (connait le Tao) ne parle pas ;
Celui qui parle ne sait pas (ne connait pas le Tao).

Clore sa bouche et tous ses orifices, fermer ses portes, tempérer son ardeur, se défaire de ses attachements, harmoniser sa lumière, s'assimiler au vulgaire, tout cela c'est s'unir au Tao.

On ne peut l'obtenir et avoir des affections ou faire des différences ; on ne peut l'obtenir et réaliser des profits ou léser autrui ; on ne peut l'obtenir et apprécier ceci ou déprécier cela.

C'est pourquoi s'unir au Tao est ce qu'il y a de plus précieux au Monde.  

jeudi 12 mars 2015

Tao Te King chapitre 55



Celui qui cultive en lui la Grande Vertu ressemble à un nouveau-né que les bêtes venimeuses ne piquent pas, que les fauves ne déchirent pas, et que les oiseaux de proie n'enlèvent pas.
Ses os sont faibles, ses tendons sont mous ; et pourtant il saisit avec force. Bien qu'il ignore l'union mâle, femelle, son sexe se dresse, tant est parfaite l'âme vitale. Il crie tout le jour sans être enroué. Son harmonie est parfaite.

Connaître l'harmonie, c'est tutoyer l'éternité,
Vivre l'éternité, c'est être illuminé.

Vivre intensément ne rend pas heureux. User avec passion l'énergie vitale rend fort. Mais les êtres forts vieillissent. C'est l'opposé du Tao, et ce qui est contraire au Tao dépérit prématurément.

mardi 10 mars 2015

Tao Te King chapitre 54



Celui qui sait fonder ne craint pas la destruction,
Celui qui sait protéger ne craint pas de perdre,
Et ses enfants et petits enfants ne cesseront de lui faire des offrandes.

Cultivée dans la personne, la Vertu sera spontanée ;
Cultivée dans la famille, la Vertu augmentera ;
Cultivée dans la province, la Vertu s'étendra ;
Cultivée dans le royaume, la Vertu sera florissante ;
Cultivée dans l'Univers, la Vertu s'apparentera au Tout.

C'est pourquoi, d'après soi-même, on connait les individus,
Par sa famille on connaît les cent familles,
Par sa province, on connaît toutes les provinces,
Par le royaume on connaît tous les royaumes,
Par l'Univers on connaît le grand Tout.

Comment sais-je qu'il en est ainsi de l'Univers ?
Par cela.

lundi 9 mars 2015

Tao Te King chapitre 53



Si j'avais de l’influence, je dirais : " Marchez sur la Grande Voie du Tao, et gardez-vous d'agir ou de vous mettre en vue". Le Tao est la voie la plus large, mais le peuple lui préfère les chemins de traverse.

Quand les palais sont trop bien entretenus, les terres sont stériles, les greniers sont vides.
Porter de somptueux habits, des épées tranchantes, se gaver de nourriture et de boissons, accumuler les richesses, c'est tout simplement glorifier le vol.

Ce n'est certes pas le Tao !

samedi 7 mars 2015

Un



Tout est Un dans ce Monde, je, tu, il, nous, vous, ils, c'est le même Un qui s'exprime. Quand tu agis, au final, c'est lui qui agit. L'ego est une illusion que l'Un, au nom du libre arbitre, autorise. Et ce qu'il autorise peut aller fort loin ! Les twin towers de Manhattan l'ont appris à leur dépends.


 Oui l'ego peut tout, et nous sommes tous tentés par ce pouvoir. Mais à la naissance nous sommes issus de l'Un, certains d'entre-nous s'en souviennent et font retour vers l'Unité en abandonnant l'ego. Et ce que trouvent cette infime partie de la population est un cadeau du ciel. En se dégageant de l'ego, ils s'offrent le plus beau des cadeaux, un authentique don du Ciel, car ils pointent du doigt l'Unité, et de fait, l'Univers est alors à porté de main. 


Toi qui lis ces lignes, tu n'est pas différent de moi qui les écrit. Chaque humain et chaque être vivant a une conscience identique universelle et intemporelle. Les pensées du mental, les désirs, les calculs, tous cela t'éloigne de l'Un. C'est pourquoi la méditation est le plus court chemin pour retrouver l'Unité. Faire le vide, purifier sa conscience peut prendre du temps, mais le chemin est gratifiant parsemé de belles découvertes. Car voir le monde au travers de l'Un est un nouvel éclairage, une illumination ! Gandhi disait "la lampe du cœur, lorsqu'elle est allumée, illumine le Monde".


Tout, même le poisson, la fleur ou la simple pierre fait parti de l'Un. Le trait d'union entre toutes ces choses, Lao Tseu lui a donné un nom : le Tao. C'est ce trait d'union qui fait que toi et moi sommes Un. Ce qui provoque la différence, c'est l'individu que l'on se créée. Toutes les identifications auxquelles on se livre. Je suis comme-ci, comme-cela, encore et toujours l'ego. Mais la conscience, la racine de nos pensées, elle ne fait pas de distinguo. Elle appréhende, presque froidement (car elle le fait tout de même avec le cœur), les choses telles qu'elles sont ici et maintenant.


Tu es blond, et je suis brun ! Certes, mais c'est le propre de l'Un que de vouloir multiplier les expériences. Car sans cette multiplicité, l'expérience serait bien triste. Le Tao est Un à travers cette multiplicité. Il n'est pas à un paradoxe près. Parler de l'Un est nécessairement paradoxal. C'est pourquoi si peu de gens y parviennent. Lao Tseu préfère le silence à la parole. D'ailleurs, le Tao Te King commence par ces mots " Tout ce qui peut être écrit ou dit n'est pas le Tao". Aussi, l'un est inqualifiable. Mais un fait subsiste, il est l'essence même de tout dans cet Univers.


vendredi 6 mars 2015

Tao Te King chapitre 52



Le Monde a commencé grâce à la Mère de l'Univers.
Si on obtient la Mère, on a le moyen de connaître ses enfants. Lorsque l'on connaît les enfants, et que l'on reste uni à la Mère, même la mort n'est plus un péril.

Qui clôt sa bouche et ferme ses portes, ne sera point ébranlé jusqu'à la fin de ses jours. Qui ouvre sa bouche et se passionne pour ses affaires, arrive au terme de sa vie sans être délivré.

Qui perçoit ce qui est infime est éclairé. Qui garde sa faiblesse est fort. Qui use de sa simplicité rentre dans sa lumière, et n'attire pas sur sa personne de fatales épreuves

C'est ce qu'on appelle revêtir l'éternel. 

jeudi 5 mars 2015

Tao Te King chapitre 51



Le Tao donne vie à tous les êtres, et ils s'abreuvent de Vertu. Ainsi, les êtres prennent corps, et un souffle vital parfait leur développement.

Personne n'a conféré au Tao sa dignité, ni a la Vertu sa noblesse ; ils les possèdent éternellement en eux-mêmes.

C'est pourquoi le Tao produit tous les êtres, les nourrit, les fait croître, les perfectionne, les mûrit les alimente, les protège.

Le Tao et la Vertu font naître sans s'approprier, ils agissent, et n'attendent rien ; ils font croître et règnent tout en laissant libres.

C'est ce qu'on appelle une Vertu profonde.

mardi 3 mars 2015

Tao Te King chapitre 50



Vivre, c'est entrer dans la mort.

Trois hommes sur dix sont les compagnons naturels de la vie. (Ils vivent l'instant)
Trois hommes sur dix sont les compagnons naturels de la mort; (Ils sont emprunts de nostalgie)
Trois hommes sur dix, dans leur vie mettent en mouvement la terre de la mort. (Ils calculent en vue du futur)
Comment se fait-il ? Parce qu'ils vivent trop intensément.

En effet, j'ai appris que le dernier sur dix, qui excelle à harmoniser sa vie peut cheminer sans se soucier du rhinocéros ou du tigre, entrer dans la bataille sans cuirasse et sans armes, car il ne se rend vulnérable ni à la corne, ni aux griffes, ni au glaive. Pourquoi cela ? Parce que sa vie ne laisse pas de place à la mort.

lundi 2 mars 2015

Tao Te King chapitre 49



Le Saint-Homme n'a pas un cœur habituel, car il fait son cœur du cœur des Cent familles.

Je suis bon avec qui est bon, et je suis bon avec qui ne l'est pas
C'est la Vertu qui me guide !
Je suis sincère avec qui est sincère, et je suis sincère avec qui ne l'est pas
C'est encore la Vertu qui me guide !

Le Saint-Homme vivant dans le monde est craintif et attentionné ! Craintif parce que son cœur est celui du monde entier, attentionné parce que dans les Cent familles tous le regardent et l'écoutent. Tous sont ses enfants. 

dimanche 1 mars 2015

Tao Te King chapitre 48



En se consacrant aux études, on augmente chaque jour, mais en se consacrant au Tao, on diminue chaque jour ; on ne cesse de diminuer, et l'on diminue jusqu'à parvenir au Non-agir.

Par le Non-agir, il n'est rien qui ne se fasse certes !

Ne rien faire pour cela est l'unique moyen de conquérir l'Univers. Tant que l'on agit pour y parvenir, on ne peut gagner l'Univers.

Rechercher dans ce blog