Language

Pour les mélomanes

Un peu de musique hors du Temps
la route...

mardi 28 avril 2015

Tao Te King chapitre 79



Même après la réconciliation, un grave désaccord laisse toujours subsister quelque ressentiment. Que faire alors pour retrouver la Vertu ? Faire comme le Saint-Home, qui garde la part la plus désavantageuse dans les contrats, sans rien exiger des hommes.

Qui possède la Vertu est l'artisan de la concorde ; qui agit sans Vertu est l'artisan de la discorde.

Le Ciel n'affectionne personne en particulier ; il donne constamment aux hommes Vertueux.

samedi 25 avril 2015

Un secret bien gardé


Il est en chacun de nous un secret bien gardé.
Connaissez-vous, ce vieux conte indien ?

Il y a fort longtemps, les dieux vivaient sur Terre avec les hommes. Ils vivaient en paix, en harmonie les uns guidant les autres dans le respect des forces en présences. Mais les hommes devinrent avec le temps de plus en plus arrogants disputant aux dieux leurs pouvoirs. Au fil des siècles, la situation devint de plus en plus inconfortable pour les dieux. Ceux-ci décidèrent de se réunir en conciliabule.
Brahma, qui présidait l'assemblée, déclara : "Chers amis, la situation est grave, inquiétante, j'ai bien peur que nous ne puissions plus apparaître parmi les hommes comme nous le faisons depuis toujours." Clameur d'approbation.
- Cachons nous, dit un petit dieu que personne n'avait remarqué jusque là.
- Fort bien, dit Brahma mais où ?
Vishnou proposa
- dans le Ciel !                                                       - Excuses-moi, répartit, Brahma, mais je connais bien les hommes, c'est le premier lieu où ils vont nous chercher, jamais nous ne seront tranquilles !
- Alors cachons-nous dans l'Océan dit Vishnou
- Nous ne seront pas plus tranquilles , dieu-sait quelles machines ils vont inventer pour nous déloger des profondeurs.
- Alors sous Terre lança Ganesh dans un tonitruant barrissement.
- Tels qu'on les connaît, ils vont creuser des tunnels et transformer la Terre en gruyère !
Un grand vide régna alors sur l'assemblée. Mais, le petit dieu osa :
- Si nous nous cachions au cœur de chaque homme ?
Le silence perdura, personne parmi les dieux ne voyant d'objection.
Ainsi fut fait .

Et c'est ainsi que depuis fort longtemps le divin est enfoui au plus profond de nous. Mais ne le dites à personne, car c'est un secret. Et quelle meilleure cachette que l'évidence ? Le Tao est dans le silence de la conscience, car quand celle-ci est silencieuse, c'est la félicité, tout va bien, et le non agir est de mise.
N'encombrez pas votre conscience de désirs car ils vous sépareraient du Tao aussi sûrement qu'ils vous plongeraient dans un état de manque. Non, revenez à la simplicité, et écoutez la profondeur de ce silence, toisez l'immensité de ce vide. Connectez-vous au Tao. Et épousez la Vertu.
Car là est le secret des dieux.


jeudi 23 avril 2015

Tao Te King chapitre 78



Il n'est rien au monde de plus inconsistant et de plus faible que l'eau ; pourtant, pour attaquer ce qui est dur et fort ; rien ne peut la remplacer.

La faiblesse a raison de la force ; la souplesse de la dureté. Personne ne semble le savoir, et personne n'y conforme sa conduite.

C'est pourquoi le Saint-Homme dit : "Prendre sur soi les souillures du royaume, c'est être le maître (du génie des moissons) du Monde ; prendre sur soi les malheurs de la nation, c'est être le seigneur du Monde."

Ces paroles droites semblent paradoxales.

mercredi 22 avril 2015

Tao Te King chapitre 77



La Voie du Ciel peut être comparée à un arc que l'on bande. Elle abaisse ce qui est en haut, élève ce qui est en bas, elle enlève ce qui est en trop, ajoute ce qui manque.

La Voie du Ciel réduit ce qui est excessif, complète ce qui est insuffisant. La voie de l'homme est bien différente car il enlève à celui qui n'a pas assez, pour le donner à celui qui a trop.


Qui, sous le Ciel, est capable de donner au monde ce qu'il a de superflu ?
Celui-là seul qui possède le Tao.

C'est pourquoi le Saint-Homme agit sans rien attendre en retour ; son oeuvre méritoire menée à bien, il ne s'y complaît pas et il ne veut pas laisser voir sa sagesse.

dimanche 19 avril 2015

Tao Te King chapitre 76



A la naissance, l'humain est souple et frêle, quand il meurt, il est rigide et dur. A leur naissance, les plantes et les arbres sont tendres et flexibles ; morts, ils sont rigides et durs.

C'est pourquoi ce qui est solide et rigide, accompagne la mort ; ce qui est souple et faible accompagne la vie.

Ainsi, une armée devenue forte ne vaincra pas, un arbre devenu grand se cassera.

Donc ce qui est grand et fort est dans une position de faiblesse ; ce qui est souple et faible est dans une position de force.


samedi 18 avril 2015

Tao Te King chapitre 75



Le peuple a faim lorsque ses dirigeants dévorent le produit de lourds impôts ; voilà la cause de la disette.
Le peuple est difficile à gouverner lorsque ses dirigeants sont agissants ; voilà d'où vient la difficulté de gouverner.
Le peuple envisage la mort avec légèreté, parce qu'il peine trop pour vivre ; voilà pourquoi il attache peu d'importance à la mort.
Mais celui qui ne s'occupe pas de vivre est plus sage que celui qui estime la vie. 

jeudi 16 avril 2015

Tao Te King chapitre 74





Si le peuple ne craint pas la mort, quelle efficacité peut avoir la peine de mort ?

Si on parvenait à inspirer au peuple une crainte irrépressible de la mort, et que l'on doive arrêter un criminel pour le battre à mort, qui après cela oserait braver la justice ?

La mort a depuis toute éternité le pouvoir d'enlever la vie. Vouloir se substituer à elle serait agir comme quelqu'un qui veut équarrir du bois à la place du maître-charpentier ; il est bien rare qu'il ne se blesse pas la main !

mercredi 15 avril 2015

Tao Te King chapitre 73




Le courage de ceux qui osent donne la mort ; avoir le courage de ne pas oser donne la vie. De ces deux choses, l'une est profitable, l'autre funeste.

Si le Ciel éprouve quelqu'un, qui en connaît la raison ?
C'est pourquoi le Saint-Homme indécis ne se risque pas.

Voici le Tao du Ciel : exceller à vaincre sans lutter, exceller à convaincre sans parler, faire venir spontanément sans appeler, réaliser parfaitement dans une apparente inertie.

Le filet du Ciel est infini ; ses mailles sont larges, mais nul n'en échappe.

lundi 13 avril 2015

Tao Te King chapitre 72



Si le peuple n'a pas une crainte respectueuse des grandeurs, le malheur fondra sur lui.

Ne vous trouvez pas à l'étroit dans votre demeure, ne prenez pas en dégoût ce qui est votre existence. Il suffit de ne pas mépriser sa condition pour ne pas s'en lasser.

Ainsi le Saint-Homme se connaît sans se faire connaitre ; il s'épargne sans se priser.

C'est pourquoi il rejette ceci et adopte cela.

dimanche 12 avril 2015

Tao Te King chapitre 71



[C'est le chapitre le plus tordu du Tao Te King, voici ce que je tire des traductions...]

Savoir et croire que l'on ne sait pas est le comble du mérite.
Ne pas savoir et croire que l'on sait est la maladie des hommes.
Souffrir de cette maladie est le début du remède.

Le Saint-Homme n'a pas cette maladie, car il en souffre. Cela étant il n'est pas malade.

samedi 11 avril 2015

Tao Te King chapitre 70



Mes paroles sont très faciles à comprendre ;
Elles sont très faciles à mettre en pratique.
Mais sous le Ciel personne ne peut les comprendre,
et encore moins les mettre en pratique.

Mes paroles son fondées, mes actes ont un principe ; cependant, ils ne sont pas compris de ceux qui réfléchissent.
C'est pour cela qu'on m'ignore. Ceux qui me comprennent sont rares, c'est la mesure de ma valeur, certes !

C'est ainsi que le Saint-Homme, sous des vêtements grossiers, garde un joyau dans son cœur.

jeudi 9 avril 2015

Tao Te King chapitre 69



Voici ce que disait un ancien stratège :
"Je n'ose donner le signal (de l'entame du combat), j'aime mieux le recevoir ;
Je n'ose avancer d'un pouce, je préfère reculer d'un pied."

C'est ce qui s'appelle avancer sans marcher, repousser sans lever le bras.
Faire comme si on n'était pas ennemis, prendre sans arme.

Il n'y a pas de plus grand malheur que de se faire un ennemi à la légère ; car s'opposer avec légèreté c'est presque perdre notre trésor.

C'est pourquoi lorsqu'un conflit éclate entre deux parties de force égales, le plus compatissant emporte la victoire.

lundi 6 avril 2015

Tao Te King chapitre 68




La perfection pour celui qui commande une armée, c'est d'être pacifique ; pour celui qui combat, c'est d'être sans colère ; pour celui qui veut vaincre, c'est de ne pas lutter; pour celui qui travaille avec des hommes, c'est de se mettre au-dessous d'eux.

C'est ce qu'on appelle la Vertu du Non-Lutter, l"art de se servir et de servir des forces humaines en coopérant avec le Ciel.

Suprême sagesse des Anciens.

samedi 4 avril 2015

Tao Te King chapitre 67



Dans le monde, tous me disent éminent, mais que je ressemble à un mendiant. Or c'est précisément parce que l'on est grand que l'on n'a plus de biens propre. Quand à ceux que l'on appelle nobles, il y a longtemps que leur médiocrité est reconnue.

Or j'ai trois trésors auxquels je suis attachés et que je tiens en très haute estime : le premier est l'Amour Universel ; le second est la Modération ; le troisième l'Humilité qui fait qu'on n'ose se mettre en avant pour agir dans le monde.

Par Amour charitable, on peut être audacieux; grâce à la Modération dans les dépenses on peut être généreux, par humilité on peut accomplir de grandes choses.

Aujourd'hui, on manque d'Amour Universel et par suite de courage ; on manque de Modération dans les dépenses, et par suite de générosité ; on refuse la dernière place et l'on perd ainsi la première.

C'est la voie de la mort, certes ! Mais si l'on a pour allié l'Amour Universel, on est surement vainqueur. Celui qui pratique cela est invincible. Le Ciel le secours et il est protégé par la Vertu miséricordieuse. 

mercredi 1 avril 2015

Tao Te King chapitre 66



Ce qui fait que les fleuves et les mers peuvent être les rois des Cent Vallées, c'est qu'ils se placent bénévolement au-dessous d'elles. Voilà pourquoi ils peuvent être les rois des Cent Vallées.

De même, si le Saint-Homme désire être au dessus du peuple, il faut qu'en parlant, il se place au dessous de lui ; s'il désire le guider, il faut qu'il se mette au dernier rang. Ainsi peut-il occuper un poste élevé sans opprimer les hommes, et être le premier sans que nul n'ait à en souffrir.

Ainsi, tout l'Empire aime à le servir et ne s'en lasse pas. Comme le Saint-Homme n'entre en lutte avec personne, nul, dans l'Empire, ne peut lutter contre lui. 

Rechercher dans ce blog