Language

mercredi 15 mai 2030

Editorial

Bonjour à toutes et à tous,

Il est un chemin tellement évident que si peu de gens l'empruntent.
Ce blog est construit le long de cette route, la voie large qui suit l'Univers, en toute simplicité.
Il y a 2500 ans, un homme nommé Lao Tseu a donné un nom au principe de cette voie : le Tao.

Que vous soyez depuis peu sur cette voie ou fidèle depuis toujours, n'hésitez pas à faire part de vos expériences.

Bon Tao à toutes et à tous,

Oliver

Avec plus de 100 articles sur le Tao, les grandes lignes ont été dressées. Aussi, si un sujet particulier motive votre visite, n'oubliez pas la recherche par mots clefs ci-dessus. Les articles fondateurs sont plutôt en fin de liste.
                                                                                      http://www.myannuaire.com 

Lectures


Avant toute chose, signalons à ceux qui passeraient par ce blog pour se renseigner sur le Taoïsme, les lectures incontournables des pères du Taoïsme Chinois.
Le Tao Te King de Lao Tseu taoteking en ligne
L’œuvre de Tchouang Tseu
Le grand classique du vide parfait de Lie Tseu
Les trois oeuvres réunies

Pas plus de commentaire, je ne veux influencer d'aucune manière.

Bonne lecture,

Oliver

dimanche 15 mai 2022

Aimer son prochain comme soi-même


Que ne ferait-on pas pour être à la première place ? Pour dépasser cet automobiliste devant nous et qui n'avance pas ? Pour être choisi sur un poste tant convoité ? Nous voulons être les premiers en toute circonstances. Mais qui arrive le premier dans ces conditions ? Qui franchit en tête la ligne d'arrivée ?
Certainement pas le Tao ! Car l'homme qui a bataillé dur pour arriver à ses fins, s'est battu contre le Tao, a renforcé son égo et s'est fait des ennemis. Au contraire, l'homme qui suit le Tao ne fait pas de vague et accepte sans broncher la dernière place. Il aime le Tao, et le Tao le lui rend bien. Il sait reconnaitre dans l'autre l'être universel qu'est le Tao, ce point commun qu'il y a entre tous les hommes, entre toutes les races, entre toutes les espèces.  
Aussi, chérissant le Tao plus que tout, il chérit son prochain comme lui-même, il accepte ce qui vient de l'autre comme une bénédiction, il accepte l'autre comme un dieu.
Aimer son prochain comme soi-même, c'est accepter l'autre inconditionnellement, en acceptant tous ses défauts, qui en y regardant bien, nous le rende plus sympathique encore. Car voir l'ennemi comme un
ami change complètement le prisme avec lequel on voyait une situation. Au lieu de voir ce conducteur qui vient de me faire une queue de poisson comme un chauffard, si je me met à sa place et que j'admet que je lui barrait le passage, j'accepte son geste, et je passe à autre chose, car je vois cet automobiliste comme un double de moi-même. Aussi, si j'accepte qu'un collègue ait été promu sur le poste que je convoitais, je retrouve un ami, et suis libre pour candidater sur un poste à plus haute responsabilité, que je n'aurais pas jusque là espéré et qui désormais me tend les bras. Car le Tao est comme ça, il présente de multiple facettes, ce qui donne à la vie de multiples rebondissements ! 
Et l'autre mérite qu'on le regarde sous diverses angles. On le sait, il ne faut pas s'arrêter à la première impression. Car derrière chacun, se cache, parfois bien enfoui, certes, la bonté ouverte du Tao. Il est là, prêt à nous tendre la main. Qui n'a pas été surpris qu'un inconnu devienne un bon ami juste parce que l'un des deux a osé briser la glace en lançant la
conversation ?  Le Tao est là indéfectible, il suffit juste de trouver le bon accord, souvent celui de l'humilité, pour que la corde de l'amitié se mette à vibrer !
Car c'est le Tao qui met notre prochain sur notre route. S'il est arrivé là, c'est tout simplement parce qu'il n'a pas pu faire autrement que faire naître cet instant présent, aussi faut il accueillir l'instant tel qu'il est. Ne pas voir en lui des imperfections, mais l'aboutissement d'une longue chaine de cause à effet, qui ont mis sur notre route cet envoyé du Tao qu'est notre prochain.

vendredi 6 mai 2022

Céder la place

 Le Tao et son mystère sont en nous comme en chacune des choses de cet Univers. Chaque homme, chaque chien, chaque insecte, mais aussi chaque plante et chaque pierre émanent du Tao et sont donc emprunt de son mystère. Mais le Tao est d'une discrétion absolue, il nous laisse donc croire  que nous sommes cent pour cent autonome, il nous laisse le libre arbitre. Et ce, d'une manière tellement remarquable, que nous pouvons passer une vie entière sans identifier le Tao.
Pourtant, celui qui laisse vivre en lui le Tao, n'est jamais déçu. Comment pourrait-il l'être puisque le Tao est sans désir. Pas de désir, pas de déception, et même de temps à autre d'agréables surprises, quand ce n'sont pas des instants de grâce. 
Mais pour vivre cela, il faut apprendre à céder la place au Tao. Et il faut lui laisser l'initiative. Or qui
L'homme et son désir.
prend l'initiative en nous, si ce n'est notre ego ? Aussi, pour voir le Tao à l'œuvre il convient de se départir de notre ego. Certains, dont je fais partie disent qu'il faut mourir à soi-même. Il faut dire adieu à notre ego et ses désirs, adieu à notre ego et ses actes, se mettre en retrait. En faisant cela, c'est comme si nous enlevions une paire de lunettes déformantes. Tout devient clair, les liens entre les choses nous apparaissent, ils étaient masqués par nos désirs et nos actes. Et ces liens naturels ont toujours été là, rien de surnaturel dans tout ça, non, le Tao est la quintessence de la vie. Le Tao, c'est l'intelligence de la vie. Pour la voir et vivre avec, il faut apprendre à vivre sans ego.
Au début, il y a quelque chose de magique, tant notre vue était brouillée par les désirs et les actes de notre ego. Les choses simples de la vie nous apparaissent comme des miracles. C'est que nous avions pris l'habitude de passer à côté.
Se mettre en retrait, ne plus faire confiance à l(ego, c'est écouter ses intuitions, son instinct, c'est faire confiance à son cerveau reptilien plutôt qu'à son cortex. C'est donc vivre de façon un peu primitive, revenir au jardin d'Eden quand Adam et Eve (sans fruit du savoir) étaient en connexion directe avec Dieu. Notre mental, tellement essentiel pour survivre est l'ennemi de notre bonheur. Vivre avec, c'est s'enfermer dans des convoitise et des élucubrations noires (le mental imagine toujours le pire pour survivre) attention à la déprime !
Au contraire l'homme du Tao a une confiance absolue dans le monde qui l'entoure. Il fait corps avec le Tao et se meut donc suivant les lois de la Nature. Attentif à ses intuitions et a son instinct, il agit sans être l'auteur de ses actes. Il a cédé la place au Tao.

samedi 23 avril 2022

Le Tao vit à travers nous

Nous ne le voyons pas, nous ne l'entendons pas, nous ne le sentons pas... Et pourtant le Tao est là accompagnant chacun de nos pas. Si nous ne le voyons pas, c'est parce qu'il est transparent. Si nous ne l'entendons pas, c'est parce qu'il est muet. Si nous ne le sentons pas, c'est parce qu'il est inodore. Cela fait tellement longtemps que nous vivons avec lui que nous nous sommes habitués, il fait partie de nos vies sans que l'on ne s'en aperçoive. Il est de bonne composition, tout lui va, c'est ainsi qu'il nous laisse le libre arbitre de nos choix. Et c'est nos choix qui le font vivre et non l'inverse.
Imaginons un animal a plusieurs milliards de têtes, dont la peau est végétale et les os minéraux, c'est le visage de la Terre en mouvement, c'est la vie, et le Tao en est le moteur. Même sur Mars ou sur les autres astres, le Tao est à l'œuvre.
Nous voulons que le Tao nous inspire, alors fermons les yeux, recueillons nous, et laissons venir l'intuition, non pas nos pensées égotiques, mais des idées qui viennent du plus profond de nous mêmes, une spiritualité simple, libre, non forcée. Cette liberté au fond de nous, c'est le Tao qui nous l'octroie et nous savons que la retrouver est signe de sagesse.
Ainsi le Tao est présent à chacun de nos pas. Si nous avons la sagesse d'y être attentif, nous faisons vivre le Tao. Certains de nous le font consciemment, d'autres inconsciemment, et d'autres encore ne le font pas du tout et vivent pour leur petite personne, pour leur ego. 
Aussi, le Tao voit à travers nous, le Tao écoute à travers nous, et le Tao sent à travers nous, discret mais efficace, c'est comme un père idéal, qui ne se mêle pas de nos affaires, sauf si l'on fait appel à lui.
L'œuvre du Tao n'est pas spectaculaire, car les lois de la nature sont son moteur, et de fait son œuvre nous apparait comme naturelle et coule donc de source. Mais cette œuvre parait grande à celui qui a su garder l'humilité et la naïveté du petit enfant, vivant depuis sa gestation, connecté au Tao.
A travers nous, le Tao est au spectacle, chacun d'entre nous écrit une pièce pour le Tao. L'homme a sa vie d'homme, le chat sa vie de chat, et l'abeille montre au Tao une multitude de fleurs. Mais pour que cela soit possible et qu'il n'y ait pas d'interférence, il faut que le Tao s'efface.
La biche dans les bois est attentive au Tao, et celui-ci l'avertira de la présence d'un prédateur. Le lynx est attentif au Tao, et celui-ci l'avertira de la présence d'une proie.
Ainsi, le Tao vit en nous, vit autour de nous en toute discrétion, et s'efface de sorte que nous vivions chacun notre propre vie. Mais, si nous savons faire silence et le laisser être avant nos pensées, nous pouvons nous inspirer de ses conseils. Et le Tao est toujours de bon conseil, car c'est l'intelligence même de la vie.

Rechercher dans ce blog